16 Allée du Commandant Charcot
44000 Nantes

Du mercredi au samedi
De 14h à 19h et sur rendez-vous

Suivez-nous sur :

Facebook Instagram

Exposition

L’Art prend l’air - 2014

Exposition de Guillaume Fouchaux et Simon Thiou

Du 17 mai 2014 au 23 mai 2014

L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Guillaume Fouchaux
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Simon Thiou
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV
L’art prend l’air - Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV
00:00
00:00
Play
Teaser Montage L’art prend l’air Guillaume Fouchaux et Simon Thiou ©Galerie RDV

L’espace d’art contemporain RDV invite Guillaume Fouchaux et Simon Thiou à collaborer pour la première fois. Cette exposition carte blanche s’inscrit dans le cadre de l’édition 2014 de L’art prend l’air, manifestation organisée par le Conseil général de Loire-Atlantique.

Artiste aux pratiques plastiques variées, Guillaume Fouchaux élabore des œuvres analogiques qui s’inscrivent dans notre réalité pour la dépasser et provoquer un doute face à nos conventions usuelles.

La certitude de la norme est ainsi mise à mal. Pour cette exposition, Guillaume Fouchaux interroge la valeur unique et originelle de l’œuvre d’art, authenticité fondatrice de son identité communément admise. La copie comme geste artistique fait-elle de l’objet produit une œuvre ?

Quelle est la place de cet acte dans la création, et plus particulièrement aujourd’hui ? Une série de dessins au carbone réalisés par l’artiste d’après des gravures d’auteurs célèbres étayeront ce questionnement.

Guillaume Fouchaux produira aussi une sculpture où «il est question de théâtralité et […] [de] la relation entre l’envers du décor et la réalité». Sans dogmatisme et avec subtilité, l’artiste révèle l’ambigüité de nos références.

Pour Simon Thiou, la sculpture est un prétexte pour produire des images dans l’espace. Dans sa pratique, l’artiste s’intéresse à des intervalles d’espace et de temps dont il détourne, isole, redessine les différentes composantes afin d’en mesurer les limites. Ses multiples intentions lui permettent de produire des objets non-identifiés, des formes fantomatiques, figées entre le réel et sa représentation. L’espace d’exposition fait office de sas permettant d’accéder à cette réalité qui se dérobe perpétuellement devant le spectateur. Au sein des formes qu’il produit, Simon Thiou interroge la notion de mémoire par l’observation de techniques, souvent liées à la construction et à l’industrie, qu’il traduit de manière singulière à travers le bricolage : «La sculpture est pour moi une manière d’explorer les différentes conditions d’apparition des objets et espaces qui nous entourent, leur fonction, leur structure. Ce qui motive ma pratique est de questionner la forme de ces choses en déplaçant leur intention première.