16 Allée du Commandant Charcot
44000 Nantes

Du mercredi au samedi
De 14h à 19h et sur rendez-vous

Suivez-nous sur :

Facebook Instagram

Exposition

Les Trois Grâces et autres récits

Exposition de Lucas Seguy

Du 28 septembre 2019 au 2 novembre 2019

Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy
Les Trois Grâces et autres récits - Lucas Seguy ©Lucas Seguy

L’exposition est présentée dans le cadre de Video Project 2019, biennale d’art vidéo initiée par la Galerie 5, l’Artothèque d’Angers et l’association 24+1

Les Trois Grâces et autres récits est une exposition qui comprend trois installations vidéo et cinq tableaux lenticulaires. [^ Le procédé d’imagerie lenticulaire permet grâce à un plastique constitué d’un réseau de fines lentilles verticales de « lire » plusieurs images sur un seul support. Plusieurs images sont imprimées entrelacées et lorsque notre œil parcours l’impression il n’en voit qu’une à la fois grâce au réseau de lentilles. Cela peut permettre de créer une illusion de profondeur et/ou une illusion de mouvement.] Les trois installations vidéo : Les Trois Grâces, Pygmalion et Le Petit Poucet en animation 3D présentent trois nouvelles espèces humaines hypothétiques qui diffèrent de la nôtre par leurs manières de procréer. Ces autres modes de reproduction figurent et fantasment certaines avancées technologiques en matière de (pro)création. Allié à l’aspect primordial du décor, la découverte de ces autres humains tend vers une forme de récit mythologique rétrofuturiste. La forme narrative de ces vidéos a été pensée pour être diffusée sur deux à trois écrans propices à des jeux d’échelles macro/micro, une multiplication des points de vue, une narration éclatée et des jeux de symétrie.

La série des Paysages lenticulaires montre des êtres nus dans des paysages pittoresques, s’exerçant sur des machines qui les poussent à des mouvements non-musclant ou insensés. Ces personnages un poil bedonnant sont le reflet d’un quotidien un peu nul mais égayant. Prisonniers solitaires d’un paysage factice, ils s’exercent pour tenter de perdre leur poids.