BOLDYREFF Olga

Dernière mise à jour le 01 décembre 2017

Née à Nantes en 1957 de parents russes exilés, Olga Boldyreff hérite d'une double culture qui se retrouve dans toute son oeuvre. C'est une artiste aux formes d’expressions multiples : dessin, peinture, écriture, sculpture, installation, spectacle, performance, photographie, conférences, vidéo, radio. 

Artiste pluridisciplinaire, elle se questionne sur le lieu-fondement, passant indifféremment de l'écriture à la peinture, du dessin à la sculpture, de la performance à la photographie, de la radio à la vidéo, des conférences aux lectures théâtralisées. Influencée par l'art russe (arts populaires et avant-gardes) et par les mouvements contemporains (post-minimalisme, antiforme, art conceptuel, arte povera), elle mélange les styles et les époques, soucieuse d'élargir ses terrains d'investigations. Son oeuvre pose les questions de frontière et de métissage.

Olga Boldyreff expose régulièrement en France et à l'étranger : Musée Anna Akhmatova à Saint-Pétersbourg en Russie, Institut français de Vilnius en Lituanie, Musée des Beaux-Arts /chapelle de l'Oratoire à Nantes, Musée des Beaux-Ats de Calais, FRAC Nord Pas de Calais, Konst Museum de Västeräs en Suède, Kerava Art Museum en Finlande.
En 2013, elle présente "Le présent recomposé" à la salle Vasse à Nantes, un spectacle-exposition, avant la préparation d'un projet inédit pour le Musée Dostoïevski à Saint-Pétersbourg.
 
Nourrie de questionnements philosophiques et de littérature, mélangeant culture populaire et classique, alimentée d’éléments autobiographiques l'œuvre d’Olga Boldyreff s'est construite sur un « entre-deux » entre héritage slave et tradition occidentale. Après avoir longtemps utilisé le fil pour dessiner et pour recoudre son histoire avec la Russie, O.B revient à des techniques plus traditionnelles de dessin et de peinture et s'engage dans un travail sur la mémoire. Les œuvres qu'elle réalise actuellement se concentrent sur une tentative à saisir les lieux, dans leurs moments fugitifs d’apparition et de disparition, dans cet espace de l'entre-deux, où les frontières deviennent propices au surgissement. 
 
Ses peintures récentes évoquent ses voyages sur un ton mélancolique car l’artiste sait que tout est perdu définitivement. Olga Boldyreff continue à peindre des villes vidées de leurs habitants, des paysages de l’Orient russe flottant dans la brume. Les yeux toujours tournés vers un ailleurs lointain, elle médite sur la fragilité de la vie, ses peintures sont le reflet de son état d'âme, du regard qu’elle porte le monde, sur son impuissance à faire face aux catastrophes.Dans ses dessins et peintures règnent la solitude, l'absence, le silence et l'attente, pas de figure humaine mais des routes qui ne mènent nulle part, des villes et des villages abandonnés.  Les techniques mixtes qu'utilise Olga Boldyreff placent le spectateur dans le doute. A partir d’images photographiques qu’elle déconstruit par recouvrements (le voile de la mémoire), elle donne naissance à ses «images intérieures», des peintures d’atmosphère sur des villes, des paysages, des sons, des odeurs,un langage de l’absence et de la faille.
 

Blog de l'artiste
 
 
 
Expositions
Voir aussi