Jardino Pascale

Dernière mise à jour le 13 juillet 2012

C’est une rigueur minimale et quasi mathématique qui mena les bases et les conceptions de mon travail à l’intervention in-situ. De “Comment présenter une pièce dans un espace donné?”, la question devint très vite “que produire ici afin de ne pas oublier que j’y suis?” Aujourd’hui, avant toute réflexion, je tente de cerner la situation. Mes prémices d’intention délimitent mon champ d’action et essayent de saisir les particularités de l’emplacement et du contexte
L’installation in-situ n’est pas pour moi une matière à sensationnel ; mes productions seraient plutôt anti-spectaculaires. Je conçois ces interventions comme des hommages au lieu ou comme des tentatives de saisissement. Si dans la position du spectateur je cherche à provoquer un événement, c’est celui d’une interrogation. J’aimerais que l’on puisse se demander si il se passe quelque chose ici ; car si la question se pose, elle a toutes les chances de saisir de nouveaux possibles. Parce que mes constructions sont de nature à disparaître, elles m’offrent une forme d’indétermination qui se renouvelle sans cesse. Dans cet aspect éphémère de mes travaux je trouve respiration et réflexion.
Ce qui est primordial, c’est cette luxueuse distanciation, la disponibilité à recevoir un nouvel événement, à changer d’appréciation. J’aimerais pouvoir laisser cela à celui qui regarde."
Pascale Jardino

 

Née à Paris en 1972, Pascale Jardino vit et travaille actuellement à Berlin, où elle a fondé la galerie Happyfew en collaboration avec Sébastien Gschwind.
Elle possède une Licence Professionnelle en Aménagement du Paysage et un Diplôme National d´Expression Plastique. Son travail personnel se concentre sur le lieu particulier d'exposition et/ou sur la photographie.

Lien vers son site Internet

Expositions
Voir aussi