TULEPO Stéfan

Dernière mise à jour le 05 juillet 2018

Rouler, marcher, observer, flâner, fouiner, gratter, extraire, glaner, déplacer, s’adapter, transformer, collectionner, suspendre, révéler...
Mes recherches plastiques résultent de nombreuses pérégrinations en voiture et à pied dans des paysages communs où l’activité humaine est momentanément absente.
Dans ces espaces je photographie toutes sortes d’ambiances, de détails qui peuvent m’interpeller, afin de nourrir mes typologies. Je réalise également des installations in-situ. Comprendre l’activité de l’espace par ces traces, ces couches. Je récolte aussi des objets qui me serviront en tant que matière première ou support en atelier. Tous ces éléments récoltés sont la base de mon travail.
Je travaille les objets à partir des photographies et mes sculptures alimentent le travail photographique. Je travaille en extrusion de matière, j’applique généralement des techniques classiques de sculpture sur des matériaux déjà utilisés. Je viens suspendre le temps en déplaçant les objets de leur contexte, en révélant d’autres formes, en extrayant partiellement des stratifications de matériaux et de poussières qui sont un marqueur de temps de ces lieux.
Cela m’intéresse de mettre en relation les différentes strates de notre société contemporaine face aux formations géologiques. Interroger le banal et l’exception, l’obsolescence, la conservation d’un patrimoine, le régionalisme…
Partir de l’espace domestique pour aborder des principes plus fondamentaux, des espaces bien plus vastes. Jouer par analogies de formes actuelles et celles des sociétés antérieures.
En m’inspirant des musées de vulgarisation scientifique britannique, j’associe les images et les sculptures afin de développer une conversation visuelle.


Extrait du texte «Ethos de l’utilitaire» de Paul Bernard commissaire d’exposition au MAMCO consacré à l’exposition Dans mon Jumpy 1.9 L TD à Brest en Juin 2014

© Stéfan Tulépo

Expositions
Voir aussi