ARTHUR CHIRON
ÉPIPHYTE(S)

DU 27 FEVRIER AU 3 AVRIL 2021
RENCONTRE AVEC L'ARTISTE LE SAMEDI 20 MARS

 

« Les épiphytes sont des organismes qui poussent en se servant d’autres plantes comme support. Il ne s’agit pas de parasites car ils ne prélèvent rien au détriment de leur hôte. »

 

Épiphyte. C’est l’adjectif qu’employait récemment Sophie Lapalu pour qualifier une sculpture d’Arthur Chiron exposée à la Base d’Appui d’Entre?Deux à Nantes. Depuis son origine issue du domaine du végétal vers celui de la création, la notion d’épiphyte semble pouvoir s’appliquer plus largement aux récents travaux de l’artiste. Celui-ci emprunte des œuvres aux champs des arts visuels : Raphaël Zarka (Inside O.U.T.), Roman Opalka (5607249), Philippe Ramette (Éloge de l’équilibre), Simon Starling (thereherethenthere), mais aussi à celui de la littérature ou du cinéma : Edgar Allan Poe (;483‡0+2?3), Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick (Tycho Magnetic Anomalies) ou George Orwell (1984).

Ces œuvres préexistantes sont manipulées pour ce qu’elles offrent d’interstices, à partir desquels l’artiste s’attache à opérer différentes actions : assemblages, réinterprétations, adaptations, recontextualisations, hommages, parodies, détournements. Les formes produites à l’issu de ces recherches sont plurielles et s’efforcent d’être en juste adéquation avec l’intention sémantique.

Il peut ainsi être question de sculpture, d’installation, de performance furtive, d’édition, d’infographie, de vidéo, d’ephemera ou de création numérique.

Le carton d’invitation d’Épiphyte(s)ne fait pas défaut à cette démarche : Prélevés dans les archives numériques de la Galerie RDV, les visuels issus des cartons d’invitations de toutes les expositions précédentes sont réunis et superposés au sein d’une même image, rendue totalement abstraite par l’accumulation de ses sources. Ce nouveau visuel valorise le spectre de tou·te·s les artistes ayant exposé dans la galerie, donnant ainsi à en voir une certaine part d’archéologie.

 

Arthur Chiron est né à Chateaubriant en 1987. Il vit et travaille actuellement au Cellier. Après un cursus scolaire en lien avec les métiers de l’architecture entre 2005 et 2008, il travaille pendant deux ans en tant que collaborateur d’architecte dans une agence angevine. Il intègre ensuite l’École Supérieure des Arts et du Design d’Angers dans laquelle il obtient son DNSEP en 2015.À l’issu de son diplôme, il intègre ce même établissement en tant que responsable du FabLab jusqu’en 2018.

En 2017, il fonde l’association Octo-Verso. Celle-ci a notamment pour vocation de proposer des évènements culturels sur le territoire angevin. Parallèlement à sa pratique artistique et associative, il mène une activité indépendante de CFAO à destination des métiers de la création.

 

A PROPOS DE L'EXPOSITION

> Inauguration de l'exposition en présence de l'artiste le samedi 27 février de 14h à 17h30.

Rencontre avec l'artiste le samedi 20 mars de 15h à 17h30.