Pascale Rémita & Pierre Graizon
Vernissage vendredi 9 juin à partir de 18h00

 

RDV invite Pascale Rémita accompagnée de l’artiste Pierre Graizon pour une exposition carte blanche, entre deux, précipité

L’intitulé de l’exposition joue sur la double lecture sonore du mot « entre-deux » ; « entre eux deux ».  Par ce choix, les deux artistes suggèrent l’idée de la construction d’un espace dynamique, à la fois lieu de rencontre et lieu de partage, entre leurs deux pratiques artistiques. Au-delà de ce croisement, « entre eux deux » fait écho aux mouvements individuels de leur pratiques, et à l’expérience nouvelle de ces dernières dans le cadre de l’exposition.

« Deux pratiques, deux espaces entre lesquels un troisième espace s’invite ».

« C’est que le milieu n’est pas du tout une moyenne, c’est au contraire l’endroit où les choses prennent de la vitesse. Entre les choses ne désigne pas une relation localisable (…) mais un mouvement transversal qui les emporte l’une et l’autre, ruisseau sans début ni fin, qui ronge ses deux rives et prend de la vitesse au milieu ». (Gilles Deleuze et Félix Guattari)

Le mot « précipité » renvoie ici au sens chimique du terme. A savoir le principe d’un corps devenu solide, grâce à une réaction chimique, que le milieu où il a été créé.

Le paysage est un thème qui revient souvent, de manière fictive ou non dans la pratique picturale de Pascale Rémita. Elle entretient un rapport tactile aux surfaces ; jeu de relief ou caresses avec la peinture même ! Fréderic Emprou souligne le fait que « ses œuvres constituent autant de récits fragmentés et anonymes interrogeant notre rapport à l’image, à ses mobilités et ses persistances. Il s’agit bien là de questionner les statuts et les déplacements : ce que Benjamin appelait « l’inconscient de la vision ».

Pierre Graizon quant à lui interroge les moteurs et vecteurs d’identité et d’identification à une époque où celle-ci est de plus en plus partagée et manufacturée. Par la création d’objets sculptures et de fétiches, l’artiste questionne ce qui est de l’ordre de l’humain.

 « Mes objets sont une ode à l’inconsistance de notre identité ». Ces derniers ne se veulent pas juges de cette identité mais au contraire vecteur de celle-ci, vecteur de notre ennui quotidien, et du désir insatisfait qui le génère.

Les notions tactiles liées à la matérialité de la peinture de Pascale ou à celles des objets sculpture de Pierre sont des points de rapprochement importants dans le projet de l’exposition.

©Pascale Rémita & Pierre Graizon, 2017.