Exposition du 09 janvier au 20 février
 
RDV invite Jean Fléaca pour une exposition carte blanche. Avec finesse et douceur, cet artiste prend part depuis plusieurs années à la dynamique artistique nantaise. Cette exposition se compose de pièces inédites, principalement de dessins. Suite anglaise, campagne de France offre au public une vision nouvelle du travail de Jean Fléaca.

Point de chemin tracé contraignant les visiteurs à une déambulation figée, Jean Fléaca offre à voir et à lire des œuvres récentes qui se font écho les unes aux autres ; aux publics de capter ces propositions tout à la fois esthétiques et astucieusement narratives. Il est question de paysages et de musiques, de contacts improvisés et d’accords réguliers. Jean Fléaca inscrit la rencontre au centre de sa pratique. D’une carte de jeux trouvée il réalise une copie gigantesque empreinte de mystères ; l’artiste ose même parler de magie. Des extraits de photographies, et de motifs textiles se superposent formant alors un dessin gigantesque, contrepoint sensible à une matière première modeste. La notion de paysage est incessante ; tant dans la reproduction d’éléments naturels -lacs, arbres, nuages- que dans l’élaboration d’une composition mentale. Ainsi, ce personnage féminin de dos, issu d’un tableau de Watteau, est posé sur un tabouret ; la figure semble regarder cet immense dessin de sous-bois accroché face à elle. On pourrait penser à une réinterprétation féminine duVoyageur contemplant une mer de nuages de Friedrich…  L’hybridation de sculptures, dessins, d’éléments réels et de références historiques traverse toute l’exposition.

Le geste de l’artiste oscille entre virtuosité et lâcher prise. Sur la partition du mur, Jean Fléaca présente Suite anglaise, cette série de dessins évoque le mouvement des arbres, les touches de piano, des chapeaux haut de forme. Au-delà du sujet représenté, l’artiste joue de la matérialité de ses pièces, de leurs formes. Le diptyque Homme de terrain, Homme de théâtre est dans un format à la française démesuré, là où le paysage est pourtant constant. 

Jean Fléaca poursuit son jeu autour des mots, de leurs sens, occurrences, et graphies. Ainsi, il fait de la trace -d’une pensée, du geste qui dessine- la base de ses œuvres.

 

Communiqué de presse

Revue de presse :

 


Crédits : Léa Tricoire  - Visuels non libres de droit   RDV 2016 ©