Ce projet se situe dans la continuité du travail de Thierry Frer sur les maquettes de châteaux et de jeux de cubes géants conçus à la manière de ceux de notre enfance vendus dans des mallettes (12 cubes, 72 faces, 6 images à reconstruire d’après leur modèle).
 

Première phase : la Massardière

Afin de synthétiser ces deux axes déjà expérimentés séparément, l'artiste a réalisé en volume la maquette du château de la Massardière imaginé au cours de son adolescence sous forme de six dessins de façades différentes, utilisées comme repères afin de construire le bâtiment en volume. Les 6 dessins repères sont ensuite agrandis et découpés chacun en 12 carrés collés sur chaque face des cubes pour constituer un jeu. Le château en volume, associé aux jeux de cubes sert de repère afin de remettre dans l’ordre les six images de dessins de façades. L'artiste inverse ainsi le propos : ces représentations à plat réalisées durant l’adolescence lui servent de base pour fabriquer la maquette.

Il s’agit d’une installation interactive : le visiteur devient acteur en manipulant les cubes.
 

Seconde phase : scénettes dramatiques

Elle traite de la vie (imaginaire) à l’intérieur de cet espace architectural : en effet, adolescent, Thierry Frer inventait sous forme de bandes dessinées l’histoire des habitants de ce château, s’inspirant de ses lectures d’alors (Hergé et Gérard Lauzier principalement). Les acteurs mis en scène représentaient des personnes de son entourage proche (famille, amis) auxquels il faisait jouer en BD des scènes de son invention. L'artiste en a sélectionné six pour réaliser un second jeu de cubes.

Six boîtes optiques reconstituant en volume les décors naïfs vacants de ces « scénettes dramatiques »  servent ainsi de visuels repères pour remettre en ordre les cubes du jeu correspondant.